La souscription a une prévoyance décès s’inscrit dans le cadre d’anticipation d’un décès prématuré. En effet, le patrimoine ne suffit toujours pas pour couvrir les dépenses après un décès. Il est donc judicieux de souscrire à une assurance prévoyance afin de permettre à sa famille de subvenir à ses besoins. Toutefois, pour y arriver il faut faire le choix d’une bonne compagnie d’assurances.

Définir le montant du capital décès

Il y a des préalables pour bien choisir l’assureur. Il est important de faire le point de ses besoins. Il peut s’agir de verser une rente d’éducation, régler les frais d’obsèques ou léguer un capital après son décès. Pour cela, il faut en fonction de ses entrées financières, évaluer le montant des cotisations pour constituer le capital décès à mettre à la disposition de votre famille. Il est important de s’informer sur le délai du versement du capital à vos bénéficiaires après votre mort.

Il faut noter qu’Il est dangereux de ne pas prendre le temps de lire toutes les conditions de la compagnie d’assurance avant de souscrire à un contrat. La compréhension de chaque disposition du contrat est déterminante pour éviter des problèmes. En plus la décision la plus importante est de comparer les différents assureurs en demandant plusieurs devis bien détaillés.

Étudier les garanties de votre assurance décès

Les garanties sont importantes pour souscrire à une prévoyance décès. Il faut donc porter une attention particulière à ce que l’assureur demande dans le contrat. Ce dernier contient le plus souvent des exclusions aussi bien que des extensions. Les assureurs décès font des fois des propositions de garanties complémentaires permettant de financer certains besoins spécifiques en situations de décès.

Toujours dans la même logique, il existe des contrats qui mentionnent l’exclusion de certaines garanties. En effet, certaines causes de décès ne sont pas prises en compte par les assureurs. Dans une telle situation, les bénéficiaires ne peuvent pas percevoir le montant de la prévoyance. Prioritairement, ces exclusions sont les faits volontaires de l’assuré, les conflits, les catastrophes technologiques, les exercices des métiers à risque, la pratique d’une activité à risque, les conséquences d’une maladie psychiatrique ou physique non objectivement identifiables.

Ces différentes situations peuvent empêcher les bénéficiaires de percevoir la rente.

S’informer des prestations de la prévoyance décès de l’assureur

En cas du décès de l’assuré, l’assureur doit verser un capital ou une rente aux proches de la famille. La compagnie de l’assurance peut aussi bien verser des prestations complémentaires. En général, les versements concernent le capital. Celui-ci est calculé en prenant en compte le salaire de l’assuré, mais aussi la situation de sa famille. Dans le cas spécifique du versement de capital, l’assureur peut proposer des options d’accident simultané du conjoint de l’assuré.

Une seconde prestation est la rente versée au conjoint. Cette rente peut être temporaire ou régulière. La fréquence du versement varie en fonction des termes du contrat.

La rente d’éducation est une autre prestation qui permet de financer les études des enfants après le décès de l’assuré. Cette rente est calculée sur le salaire réel de l’assuré. La compagnie prend en compte l’âge des enfants pour savoir si la rente doit être fixe ou variable. La dernière prestation est la prise en charge des dépenses d’obsèques.